Episode 1 : Petite histoire de la pomme    

Que serait la Normandie sans ses fameux pommiers, sous lesquels paissent ses vaches « à lunettes » ?

 Depuis des siècles, la pomme a contribué à faire la renommée de la région, de ses paysages et de ses recettes gourmandes. Depuis la pomme d’Adam et Ève jusqu’à la pomme de Newton, en passant par celle de Guillaume Tell, ce fruit a toujours été hautement populaire et symbolique, offerte par Pâris à Aphrodite, la pomme est à l’origine de la guerre de Troie, ou encore pour son avant-dernier travail, Hercule vole celles du jardin des Hespérides. Une notoriété qui n’est pas prête de s’éteindre puisque l’on la trouve dans notre gastronomie (Tatin, douillon, crêpes cauchoises, etc.), nos boissons (calvados, pommeau, cidre), et même sur les ordinateurs !!

Quand et comment les pommes sont-elles arrivées dans nos vergers ?

  L’histoire de la pomme commence à la préhistoire sur les plateaux d’Asie centrale (dans le sud du Caucase jusqu’au Sinkiang (Ouest de la Chine)  pour parvenir à la pomme domestique (Malus pumila) consommée aujourd’hui. La diffusion de la pomme en Europe coïncide avec l’expansion humaine et l’arrivée de l’agriculture au Néolithique.

Il y a 3000 ans, la pomme était déjà largement consommée par les Chinois, vers 1250 ans avant J. -C., le pommier figure parmi les arbres que fait planter le pharaon Ramsès II dans son jardin du Delta (1301/1235 avant J.C.).

Les Romains à leur tour participent à l’implantation du fruit dans une grande partie de l’Europe, au gré de leurs conquêtes, et se régalent d’une trentaine de variétés.

Charlemagne (768/814) en tant que « fermier » fort avisé qui tient à la bonne exploitation de ses terres, ordonne qu’il y ait dans chaque métairie, des pommiers de différentes espèces pour que l’on fabrique du cidre. En 1080 : le terme « pomme » apparaît dans la langue française, dans la célèbre Chanson de Roland. Ceci n’est probablement pas étranger au fait que pommes et cidre furent produits au Pays Basque avant la Normandie.

Après le déclin dû aux invasions barbares, comme à celles des Huns,  hordes asiatiques paradoxalement originaires des mêmes régions que la pomme, 32 variétés sont créées entre le viiie siècle et le xve siècle. Ce renouveau s’effectue principalement en Normandie. En effet, dès la fin des invasions « vikings » le clergé et la noblesse y encouragent la plantation de pommiers. Ainsi, avant son annexion par la France en 1204, ce pays est une véritable pépinière de pommiers. Après son invasion, elle devient le verger de la France.

Au Moyen-Age, elles servent de support aux pommades, d’où l’expression se pommader. En effet, la pulpe de la pomme est réduite en purée et étalée sur les plaies afin de cicatriser plus vite. Par la suite les riches Italiennes l’ont mélangé à l’axonge, et se sont rendu compte que cette « pommata » était un soin dermatologique hors norme.

Louis XIV (1638/1715) chargea l’agronome Jean de la Quintinie d’établir les plans de son potager à Versailles, jardin quasi scientifique et très esthétique, les pommiers étaient conduits en cordons, espaliers ou en quenouilles.

Entre les deux guerres, la façon de vivre change. L’urbanisation entraîne la disparition des vergers autour des villes et fait disparaître une multitude de petits producteurs. Avec la révolution industrielle, on assiste au réel début de la productivité pomologique. Les producteurs plus éloignés des centres urbains doivent produire plus de fruits qui supportent mieux le voyage et se conservent plus longtemps. Un grand nombre de variétés tombent dans l’oubli.

Après la Seconde Guerre mondiale le mouvement s’amplifie. Pour favoriser la production agricole intensive, des primes d’arrachage sont offertes aux agriculteurs qui détruisent leurs pommiers. Une seule pomme française peut entrer dans le circuit classique de la distribution moderne !

C’est en 2010 que le séquençage de la pomme domestique a permis de découvrir que la pomme kazakh, baptisée Malus sieversii, était l’ancêtre de toutes les pommes actuelles. Elles descendent des arbres qui ont poussé depuis des millions d’années.

Aujourd’hui, on compte quelques milliers de variétés à travers le monde, alors que 90 % de la production mondiale ne proviennent que d’une dizaine d’entre elles seulement. Certains parlent de 20 000 variétés de pommes ; d’autres, pomologues entre autres, après compilation de 14 bases de données à travers le monde, en ont répertorié 11 324 variétés du genre Malus, type « domestica ». La pomme est le fruit du terroir par excellence.

 

Sources : wikipédia et www.lesfruitsetlegumesfrais.com