Association Départementale des Piégeurs et Déterreurs du Calvados

http:adpdcl4.e-monsite.com

email :patrice.drouin0123@or ange.fr

Monsieur Robert TESSIER Trésorier de l’association et Responsable du matériel de piégeage , nous a fait parvenir le courrier ci-dessous présentant son association. Tel: 02 31 28 91  06.

Raton-laveur

« Le métier de piégeur-déterreur est une activité peu connue. Elle est régie par la loi de 1901. L’ activité des équipages de déterrage, est fixée par l’arrêté préfectoral , relatif à la chasse sous terre. Ils peuvent capturer renards et blaireaux, dans leurs terriers, sous certaines conditions. Mais personne ne s’improvise piégeur! Tous les membres de l’association sont agréés, « individuellement » par Monsieur le Préfet du calvados.Aucun piège ne peut être mis en place. par une personne non agréée!

Seule dérogation, la mise en place de cages à fauves, dans le  cadre de l’opération « ragondin » voir plus loin .L’activité des piégeurs est prévue par l’article L427-8 de l’arrêté du 29/01/2007 du code de l’environnement.Ils sont soumis au contrôle permanent des agents de l’Office National de la Chasse et de la faune sauvage. Ils doivent chaque année rendre compte de leur activité, à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados (DDTM). A la Fédération Départementale  des chasseurs, dont les techniciens contrôlent les prises, et visent chaque année un carnet les détaillant,devant être tenu à jour par le piégeur . Enfin établir des fiches d’intervention spéciale, destinées à la DDAF, quand les victimes de prédation d’animaux classés nuisibles, subissent un préjudice important.

Depuis un jugement du 18/10/2005,  le piégeage est reconnu comme le seul moyen de lutter avec humanité, contre les espèces nuisibles. Celles-ci porteuses de maladies dangereuses pour l’homme et les animaux domestiques, l’échinococcose alvéolaire (400 cas par an en France métropolitaine) est mortelle et facilement transmissible à l’homme, la rage dans une moindre mesure.

blaireau

Voilà pourquoi, le piégeage n’est pas une activité archaïque, mais est encore indispensable au vingt et unième siècle, comme une activité de salubrité publique.

Renard

Il n’est évidemment pas question d’éradiquer  une espèce, mais simplement d’en contenir la prolifération, pour que la pression prédatrice soit supportable, que le risque sanitaire reste mesuré. Pour exemple, sans prédateur naturel, le renard notamment connait une croissance démographique exponentielle! C’est un opportuniste, il s’adapte à tout! Ces animaux trop nombreux, affamés, se livrent à de véritables massacres, sur le lièvre, le lapin, faon de chevreuil, volailles, les agneaux, chevreaux, et même s’ils en ont l’occasion les chats domestiques en divagation.

Autre exemple, savez-vous qu’une famille de fouines qui s’installe dans le grenier d’un pavillon, peut en une douzaine de jours anéantir le dispositif d’isolation thermique, sans parler des déjections qu’elle dépose !

Pie bavarde

Tous, nous nous lamentons de la raréfaction de certains passereaux (pinsons, chardonnerets, bouvreuils et bien d’autres), sans doute ignorez-vous que la  pie bavarde, ce bel oiseau au plumage si caractéristique, est un de leur plus grand prédateur. Des études sérieuses, ont estimé qu’un couple de ces oiseaux était responsable chaque année, de la destruction de soixante à quatre vingt nichées, œufs oisillons, sans compter les canetons et poussins de basse cours.

Même le blaireau est toujours classé gibier dans notre département. Il suffit de voir le nombre de ces animaux tués sur le bord de nos routes, pour se rendre compte que l’espèce n’est pas en régression dans notre département.

Ragondin

Le Conseil Régional, le Conseil Général, la Fédération départemental des chasseurs, ont financé le matériel et signé une convention avec I’ADPDC, dans le cadre de l’opération « ragondin ».Ce gros rat non indigène, aux mœurs aquatiques, très prolifique, petit à petit colonise les moindres points d’eau. Il devient un vrai problème, à cause des terriers qu’il creuse, dans les rives des fleuves et rivières, les digues des lacs et étangs, les talus SNCF . Au point de menacer la pérennité  d’ouvrages érigés par le génie civil.

Depuis deux ans maintenant, nos piégeurs tentent de réduire les effectifs de ce myocastor, originaire d’ Amérique du sud.

Les membres de notre association sont à la disposition de vos administrés. Ils interviennent dans le cadre de leur activité, à la demande des propriétaires, tentent de solutionner leur problème, en agissant conformément à l’éthique de leur mission. Les pièges utilisés sont homologués, peu traumatisants, un animal domestique ou d’une espèce protégée est remis en liberté sans dommage. »